Le jour du mi-mi

Face à face

Caractères

Circuit-court

Appellation AOP Saint Chinian Schiste & calcaire

L’ antithèse d’une appellation, schistes et calcaires,
c’est la dualité de Saint Chinian.
Les contrastes sont si flagrants. 300 vignerons, 20 villages…

et pourtant, de là naît une ambition unique,
celle d’exprimer trait pour trait chaque nuance de ces 2 sous-sols.

Les sous-sols de Saint Chinian recèlent un véritable tohu-bohu géologique, marqué de clous d’or, phénomène unique en France. Naturellement ils sont devenus le trésor des vignerons de Saint Chinian. Classés en deux horizons, l’un « schistes » et l’autre « calcaires », ces sols révèlent une dualité, qui se conjugue du paysage jusqu’au verre.

LE TOHUBOHU GÉOLOGIQUE

Une « discordance » disent-ils, messieurs les géologues ! Ils viennent du monde entier découvrir ce phénomène unique.

Pour la comprendre, rappelons que 600 millions d’années mouvementés se racontent dans nos sous-sols. Avant il y avait l’océan où sables et boues se sédimentaient et se « cimentaient » pour devenir avec le temps calcaires, argiles et grés. Tandis qu’une nouvelle chaîne de montagne se forma, la chaîne Hercynienne, les sols s’entrechoquèrent, se cristallisèrent et donnèrent naissance aux schistes. C’était il y a 300 millions d’années.

Durant l’ère tertiaire, les invasions marines et la formation des Pyrénées ont encore bousculé nos sous-sols. Les terrains plissés, écaillés, charriés finirent leur course par une culbute. Empilés à l’envers, nous retrouvons enfouis les plus jeunes sols, recouverts des plus anciens. Ce phénomène porte bien son nom, une «Discordance».

Évoquons également le « clou d’or », scientifiquement appelé le Point Stratotypique Mondial. Il délimite deux ères géologiques, visibles dans la roche. On n’en compte que 5 en France, 2 d’entre eux s’observent directement chez nous ! Rendez-vous à Coumiac et au col de Saint Nazaire-de-Ladarez.

La vigne une évidence

 

Un simple coup d’œil sur la carte des sous-sols de Saint Chinian fait briller les yeux des vignerons, oenologues et amateurs. Sur un patchwork alternant une centaine de tâches de couleurs, vingt coloris décrivent leur nature : schistes, calcaires durs et tendres nuancés de grés, d’argiles, de sables, de marnes, de marbres, cultivés en coteaux ou terrasses. Comment imaginer plus bel atelier, la palette est si diversifiée et contrastée !

Agrandir la carte

L’appellation de Saint Chinian compte 300 vignerons, disséminés sur 20 villages, caractérisés par 2 grands ensembles : les schistes & les calcaires.

Une diagonale sépare au nord ouest les schistes, au sud-est les calcaires. Au coeur de la zone de schistes, deux appellations communales, Saint Chinian Berlou et Saint Chinian
Roquebrun témoignent de la part humaine du terroir. Ces deux odyssées racontent l’ambition collective de vignerons. Dans le verre, on déguste leur caractères et leur partipris : l’un fervent ambassadeur du carignan, l’autre de la syrah.

Réputée historiquement pour la qualité de ses vins rouges, l’appellation Saint Chinian voit ses rosés de terroir charmer amateurs et curieux. Ses vins blancs, reconnus récemment en 2004, percent le jour. Qu’ils conjuguent les épices, les fruits, les fleurs ou le minéral, ils dénotent par leur franchise.

Mi-schistes , mi-calcaires

« J’ai toujours aimé Saint-Chinian pour ses deux faces de terroir… Ces deux terroirs d’ères géologiques différentes engendrent des vins très distincts : frais et aériens sur l’argilocalcaire, plus élégants du côté calcaire, plus puissants sur la partie marneuse, ils deviennent profonds et moelleux sur le schiste et même de longue garde. Surprenant, non ?
Loin d’être schizophrène, cette double facette est une richesse. L’une est souvent familière au consommateur et lui renvoie son image. L’autre lui permet d’explorer un nouveau continent riche de découvertes d’un nouveau goût. Son inclination pour l’un ou l’autre style est un excellent révélateur de sa personnalité.
Vous en connaissez beaucoup d’appellations qui vous en disent plus sur vous que sur le vin lui-même ? »

Bernard Burtschy, dégustateur, expert et journaliste.

CALCAIRES

Paysages luxuriants d’où surgissent les arêtes calcaires, qui imitent l’épine dorsale des dinosaures. Entre deux, les vallées étroites accueillent la vigne.
  • Géologie : combes de sols argilo-calcaires, parsemés d’affleurement rocheux, les grés à reptiles.
  • Biodiversité : ici c’est la garrigue, une grande diversité d’arbustes et de buissons couvre le sol ; lumineuse, sèche et minérale, elle accueille une infinie diversité d’espèces végétales et d’insectes dont certains sont si peu visibles.
  • Vins : une grande diversité et complexité : des essences fraîches de garrigue aux expressions de fruits frais, confits, secs. Les rouges ont une trame tannique qui prédispose à la garde.

Schistes

Paysage : douce ascension de petites collines jusqu’aux pieds du Mont Caroux qui lui s‘élève à 1091 m. Ici la vigne pousse sur de grandes étendues, en coteaux et terrasses. À 400 mètres, en limite de culture de la vigne, l’altitude et l’exposition jouent un rôle majeur.
  • Géologie : grandes parcelles couvertes de tapis de feuillets de schistes, alternés de grés, qui se désagrègent jusqu’à devenir une terre argileuse.
  • Biodiversité : ici c’est le maquis, une formation rare qu’on retrouve dans seulement 4 départements français. La végétation est verte, dense, elle enivre ses visiteurs. Le milieu est relativement fermé, il marque l’entrée dans la moyenne montagne, les pentes se raidissent. Châtaigniers, hêtres, pins côtoient mimosas et orangers baignés par le microclimat.
  • Vins : charmeur, voluptueux, la finesse des arômes, une concentration sans rusticité.

Le site est en cours de développement pour les versions tablettes et mobiles.
Nous vous invitons à le visiter sur un ordinateur.